On entend fréquemment les agences web dire que la CNIL ne met jamais d’amendes : « S’il n’y a aucun risque, pourquoi proposerait-on aux clients des applications de blocage des cookies ? » D’autant qu’il y a une possibilité, certe minime, de perte de recettes publicitaires si les internautes viennent à s’en servir !
Propos confirmés récemment par un grand « ponte » de l’internet devant la fine fleur des administrations régionales : « La CNIL ne sanctionne jamais : Pourquoi voulez-vous que l’on se mette en règle ? » et le même d’affirmer que ça ne changera pas dans les années à venir.
Pas si sûr : La CNIL avait certainement de bonnes raisons jusqu’à maintenant de privilégier la pédagogie à la répression, mais les choses vont sans doute changer rapidement : Comme évoqué dans un post précédent, la Présidente de la CNIL semble maintenant décidée à sortir les griffes : « Cela fait trois ans que l’on explique aux éditeurs de sites web qu’ils doivent supprimer les cookies qui s’affichent dès le début de la première connexion d’un internaute, avant même que celui-ci ait pu donner son consentement. (…) début octobre, nous réfléchirons à la bonne stratégie à adopter et aux actions à mener. »
A 3 millions d’euros par infraction, il est temps de s’y préparer !
social-media-1690231_640

Join the conversation! 1 Comment

  1. tout a fait d’accord … a force de crier au loup, plus personnes n’y croit, mais dans la vraie histoire, le loup mange le petit garçon, Pierre !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Category

Non classé